Nouvelle biographie réalisée.

La personne relate une vie étonnante:  enfance en Indonésie sous l'occupation japonaise, quelques années passées en Afrique puis un tour du monde en bateau. En voici un extrait :  

Le 8 décembre 1941, les japonais ont bombardé l'Indonésie. Les Hollandais ont dû capituler seulement quatre mois mois plus tard, le 8 mars 1942. Je me souviens d'entendre les bombardements. Quand on est enfant, on a du mal à réaliser ce qui se passe. On trouvait même ça rigolo ! Tous les Européens avaient été obligés de creuser des abris dans leurs jardins. Quand la sirène sonnait en ville, nous étions forcés de nous réfugier. On a passé pas mal d'heures enterrés avec mes parents. Je me souviens vaguement de quelques repas partagés sous terre dans ces grottes aménagées.

En 1945, après Hiroshima, les camps se sont donc ouverts. J'avais 15 ans lorsque mon père me chargea d'aller chercher une famille danoise à la gare. Je suis partie avec mon vélo pour les attendre. La femme, une hollandaise, venait d'accoucher lorsqu'elle a été enfermée dans le camp. A son retour, le bébé avait donc trois ans. Quand j'ai pris l'enfant dans mes bras, j'ai eu un choc. Il était atteint du béribéri, dans sa forme humide. J'avais les bras trempés. C'était comme s'il perdait de l'eau.

Cet enfant n'avait mangé que du riz blanc et présentait une carence en vitamine B1. Dans une partie de l'Indonésie, certaines cultures de riz sont exclusives et on ne trouve pas de riz complet, bien meilleur pour l'organisme. Le pauvre petit ne pouvait même pas marcher.

Mon père l'a soigné à la maison et avec le temps, il a retrouvé des forces et est redevenu normal. Mais cette expérience m'avait marquée. J'ai dit à mon père : « Tu ne me renvois plus jamais à la gare. Je ne le supporterai pas. »

 

 

Une Femme du Monde
Retour à l'accueil